Politique de Cookie

Ce site utilise des cookies. Lorsque vous naviguez sur le site, vous consentez son utilisation. En savoir plus

J'ai compris
Menu
FR
Sélectionnez la langue
Panier d'achat
0 Produits € 0,00

Art


Joana Vasconcelos - Miguel Domingos / © Projets Infinita.

Quel sens avez-vous l'intention d'accomplir dans vos propres œuvres en utilisant des artefacts liés à l'art traditionnel portugais? 


Comme d’autres aspects de ma subjectivité, le fait d’être portugaise influe sur mes relations avec le monde. Cependant, cette particularité n’est qu’un point de départ pour articuler des questions universelles, car ce qui m’intéresse, c’est le dialogue entre traditions et expériences, entre ce qui est portugais et ce qui se fait dans le monde et cette juxtaposition de références locales et mondiales. 
Au bout du compte, l’important est de communiquer au-delà des frontières. 

Quelle est la valeur emblématique de la chaussure faite de casseroles Silampos? 

La série de chaussures réalisée avec les casseroles de Silampos revêt une grande signification symbolique, à partir des titres de ces œuvres, qui font référence à des personnages féminins emblématiques (Marilyn, Cendrillon, etc.), et de l'association improbable entre les casseroles et les chaussures à talons hauts, en opposant les rôles contrastants de la femme dans la société, quelle que soit son origine: la performance sociale et le contexte domestique. 
La large reconnaissance de la marque Silampos contribue également à rapprocher le public plus intimement. 

En tant que consommateur, qu'aimez-vous le plus dams la marque Silampos? 

En tant qu’utilisateur habituel, et en tant qu’artiste, j’admire la manière dont la marque s’est inscrite dans la mémoire collective du peuple portugais, et plus qu’une marque, elle est devenue un synonyme de ses propres produits au Portugal. 


En 2007, Silampos a commencé à fournir à l’artiste contemporaine Joana Vasconcelos les casseroles qui donnaient vie à une série de chaussures d’une hauteur de 3 mètres environ. Il s’agit de la première artiste portugaise à exposer au Château de Versailles à Paris. Dans cette exposition, inaugurée le 19 septembre 2012, l'artiste a décidé de «commencer un dialogue entre l'histoire et l'esthétique du lieu, en les croisant avec les techniques traditionnelles portugaises, un hommage aux femmes qui y vivaient et qui ont transformé cours de l'histoire.